Président du Département des Alpes-Maritimes
Président de la Communauté de Communes Alpes d'Azur
Président de l'Association Nationale des Maires des Stations de Montagne
07/12/2015
Alpes d'Azur – De nouveaux efforts de gestion pour l'orientation budgétaire 2016

Alpes d'Azur – De nouveaux efforts de gestion pour l'orientation budgétaire 2016

Lors du dernier conseil communautaire d'Alpes d'Azur, le président de la communauté de communes, Charles Ange Ginésy, a lancé le débat d'orientation budgétaire de la collectivité territoriale pour l'année 2016 poursuivant ses engagements forts en matière de stabilité de l'imposition pour les ménages et les entreprises et de poursuite de l'investissement.

C’est devant l’ensemble des vice-présidents et des conseillers communautaires que Charles Ange Ginésy a annoncé ses orientations budgétaires « dans un contexte national compliqué » pour donner les grandes orientations « qui permettront de proposer le Budget Primitif en début d’année 2016 ». « Nous subissons de plein fouet une croissance atone qui ne devrait pas dépasser les 1%, un taux de chômage qui ne cesse d’augmenter (10,8% dans les Alpes-Maritimes). Le tout avec un transfert de compétences accru vers les collectivités territoriales. Alpes d’Azur va s’en retrouver affecté avec la compétence tourisme en 2017 et celles de l’eau, de l’assainissement et de la prévention des milieux aquatiques en 2018 pour lesquelles nous devrons trouver des financements » a précisé en introduction Charles Ange Ginésy.


Un contexte qui impose à Alpes d’Azur une gestion vertueuse des deniers publics. « Notre situation financière est bonne et saine malgré une capacité d’autofinancement limitée. Nous bénéficions également d’une solidarité sans faille du conseil départemental, sous l’impulsion de son président Eric Ciotti, qui maintient l’aide aux collectivités à hauteur de 50 millions d’euros par an soit  1/3 de sa capacité d’investissement mise à disposition des acteurs locaux ». 


En 2015, « nous avons renégocié l’ensemble de notre ligne de trésorerie pour améliorer notre capacité d’investissement instantanée ». En 2016, le président a également évoqué « une maîtrise de la dépense de la collectivité, malgré une baisse de 25% des dotations d’Etat en 2015. La communauté de communes Alpes d’Azur représentant un budget de 4,5 millions d’euros annuels.  Pour 2016, je souhaite tenir une augmentation 0 de la fiscalité des ménages, ainsi que notre politique de gestion rigoureuse, poursuivre notre engagement pour rénover nos écoles et permettre l’installation du numérique ».


En effet, dans le cadre du schéma départemental d’aménagement du numérique, là encore grâce à une convention passée avec le Département et le SICTIAM (en charge de ce schéma d’aménagement) la participation d’Alpes d’Azur sera limitée à moins de 300 000 euros sur 7 ans. Le territoire sera ainsi pourvu en très haut débit internet à 57% dès 2018 et à 84% dès 2020.

 


Une motion pour le rapprochement avec le Pays d'Entrevaux

Au cours du dernier conseil communautaire, le président d'Alpes d'Azur, Charles Ange Ginésy, a exposé aux conseillers présents une demande du Pays d'Entrevaux.

Ce dernier, dans le cadre du schéma départemental des Alpes de Haute Provence, devrait intégrer la nouvelle communauté de communes « Pôle Verdon », qui sera le résultat de la fusion des EPCI du Haut Verdon Val d’Allos, Moyen Verdon, Terres de Lumières, Pays d’Entrevaux et Teillon.


Or, lors d’une séance du 27 novembre dernier, le conseil communautaire du Pays d’Entrevaux a émis un avis défavorable à cette fusion, et a demandé le rapprochement avec la communauté de communes Alpes d’Azur, ainsi que la reconnaissance de son bassin de vie commun à Puget-Théniers. 


C’est dans un esprit de logique de vie, « des liens forts existants déjà entre les bassins de vie de Puget-Théniers et Entrevaux depuis toujours », comme l’a expliqué Charles Ange Ginésy, que ce dernier a proposé une motion approuvant ce rapprochement d’Alpes d’Azur avec le Pays d’Entrevaux. Motion qui a été approuvée à l’unanimité par le conseil communautaire.

 

Retour