Président du Département des Alpes-Maritimes
Président de la Communauté de Communes Alpes d'Azur
Président de l'Association Nationale des Maires des Stations de Montagne
14/11/2015

Il ne peut pas y avoir de liberté pour les terroristes

Le Député de la 2ème circonscription des Alpes-Maritimes, Charles Ange Ginésy exprime sa vive et profonde émotion, sa colère et l'effroi qui caractérisent les tragiques attaques survenues à Paris dans la nuit du Vendredi 13 Novembre 2015.

 « La France est attaquée, la France est en deuil, la France est bafouée par ces attaques barbares qui nous rappellent les images sombres et sordides de la Seconde Guerre Mondiale. C’est l’un des attentats les plus meurtriers en Europe qui a touché en plein cœur au-delà de nos compatriotes, tout le monde entier.

Je veux exprimer ma tristesse, ma colère, mon émotion et mon effroi. Je veux adresser mes condoléances aux familles des victimes, à leurs proches, et je pense à toutes celles et ceux qui blessés, se battent pour rester en vie.

La République française est Une et Indivisible. Face à la terreur, ces terroristes veulent nous imposer la peur et la contrainte. Ces terroristes nous ont déclaré la guerre depuis les attentats de Charlie Hebdo : notre seule réponse : nous défendre. Ces attaques n’ont pas leur place dans notre démocratie. Cette lutte sera difficile face à cette barbarie qui n’a pas de visage, qui n’a qu’un seul objectif : semer la terreur.

Aujourd’hui notre pays doit, plus que jamais, s’unir et se mobiliser pour prendre les mesures qui s’imposent. Je m’interroge sur nos systèmes de sécurité. Huit attaques dans une même soirée, des centaines de victimes et blessés, des individus fichés et suivis qui ont pu échapper à notre vigilance. L’État doit être plus ferme, plus fort pour venir à bout de ces menaces. C’est notre vie en liberté qui a été touchée cette nuit et qui continue à être menacée. Nous devons renforcer notre sécurité, en moyens, en hommes, en définissant de nouvelles mesures.

Ces actes appellent à une condamnation ferme et à la mobilisation de tous les moyens nécessaires. Je salue la décision du Président de la République qui a décrété l’état d’urgence et la fermeture des frontières.

Je veux aussi exprimer ma reconnaissance, mon admiration aux forces de l’ordre, de sécurité, aux gendarmes et aux autorités de la protection civile et hospitalière. La sécurité est un droit dans notre pays et la haine ne vaincra pas.

L’heure actuelle nous amène à la responsabilité, et au report de la prochaine conférence sur le climat (COP21), afin de permettre une sécurité maximale pour nos concitoyens.

Plus que jamais, la France doit rester forte et nous appelle à l’unité, au rassemblement du pays et à la compassion. »

Charles Ange Ginésy
Député de la 2ème circonscription des Alpes-Maritimes
1er Vice-président du Département
Président de la Communauté de Communes Alpes d’Azur
Maire de Péone-Valberg

Retour