Président du Département des Alpes-Maritimes
Président de la Communauté de Communes Alpes d'Azur
Président de l'Association Nationale des Maires des Stations de Montagne
20/02/2018
Alpes d'Azur – L'entrée dans le Pôle Métropolitain sur les rails

Alpes d'Azur – L'entrée dans le Pôle Métropolitain sur les rails

De nombreux maires et élus du conseil communautaire se sont retrouvés en séance plénière autour de leur président Charles Ange Ginésy pour débattre d'un ordre du jour conséquent qui abordait, entre autre, le partenariat avec le SMIAGE et celui avec le Pôle Métropolitain.

En charge de la compétence de la gestion des risques d’inondations depuis le 1er janvier dernier, la communauté de communes Alpes d’Azur, sous l’impulsion de son président Charles Ange Ginésy, a conclu un partenariat avec le SMIAGE, le syndicat mixte pour les inondations, l’aménagement et la gestion de l’eau, créé récemment. Le fonctionnement : l’ensemble des intercommunalités du département cotisent au SMIAGE qui est chargé, via un partenariat, de sécuriser les berges des fleuves et rivières et de lutter contre les inondations éventuelles. « Si nous gardions la compétence à la CC Alpes d’Azur, nous n’aurions pas les moyens financiers de mettre en œuvre ce que fait le SMIAGE ».


Pour exemple : les travaux entrepris sur la commune de Guillaumes, traversée par le Var, dont le coût d’élève à plus de 3 millions d’euros. « Je me réjouis de l’existence du SMIAGE, c’est un établissement public de bassin, le 1er de France, qui est très important pour le département et pour notre intercommunalité », a insisté Charles Ange Ginésy.


Le coût de l’adhésion ? 30 000€. C’est peu par rapport aux travaux qui seront engagés sur le territoire, à savoir, d’ici 2021 : un diagnostic et des travaux de confortement des digues, la finalisation du confortement de la digue de Guillaumes, le confortement de la digue de Puget-Théniers, la surveillance et l’entretien des rivières, la restauration et l’entretien des milieux aquatiques, , l’élaboration d’un plan de gestion, l’étude hydro géomorphologique sur le Haut-Var, sans oublier la prise en charge de l’animation « Rivières Sauvages », l’assistance technique des opération « eaux et assainissement » et le suivi de l’étude d’Alpes d’Azur sur la compétence eau et assainissement. Un travail colossal que la communauté de communes a transféré au SMIAGE.


2ème point important : le Pôle Métropolitain, constitué avec les agglomérations de Cannes, Grasse et Antibes, qui se sont regroupées en syndicat mixte portant ce nom de Pôle Métropolitain. Sans être toutefois une Métropole. Sur le sujet, et afin de rassurer les représentants du territoire, Charles Ange Ginésy a tenu à expliquer qu’au sein de ce Pôle Métropolitain, les intercommunalités gardaient leurs prérogatives, qu’aucun impôt nouveau ne serait levé et qu’y siéger ne demanderait aucune participation financière des communes.


« Ce syndicat mixte est l’expression d’un partenariat entre ces 4 territoires, a expliqué Charles Ange Ginésy, il y a la possibilité de mettre en œuvre un projet commun ». Le président de la CC Alpes d’Azur ajoutant : « on peut mettre en synergie les équipements sportifs de la station de Valberg et ceux du littoral, engager une synergie sur la culture, promouvoir nos actions dans les grandes agglomérations, nous faisons des partenariats, nous ne vendons pas notre intercommunalité, la présidence de ce Pôle Métropolitain change tous les ans, Alpes d’Azur restera totalement libre et indépendant ».


Un discours qui a séduit la majorité des élus présents, puisque l’entrée d’Alpes d’Azur dans ce Pôle Métropolitain a été adoptée à l’unanimité moins une abstention et moins une opposition.

 

Retour