Président du Département des Alpes-Maritimes
Président de la Communauté de Communes Alpes d'Azur
Président de l'Association Nationale des Maires des Stations de Montagne
15/12/2015
Péone – Passer à la vitesse supérieure pour les déchets

Péone – Passer à la vitesse supérieure pour les déchets

A l'occasion d'un conseil municipal, les élus Péoniens, réunis autour de leur maire Charles Ange Ginésy ont débattu de nombreux sujets, dont celui, récurrent, des encombrants, sujet sur lequel le 1er magistrat a martelé vouloir passer à la vitesse supérieure.

« Nous devons absolument encadrer le dépôt des encombrants », a déclaré Charles Ange Ginésy, soucieux du bon déroulement et de l'amélioration du tri et du ramassage des déchets sur sa commune. De plus en plus d’habitants, entreprises ou commerçants jettent leurs encombrants non pas dans les chalets prévus à cet effet ou à la décharge, mais à côté des containers de tri sélectif, au vu de tous. Une situation que veut endiguer Charles Ange Ginésy qui avait déjà demandé des caméras de surveillance à des fins de prévention. « Cette prévention et sensibilisation doit être faite par la communauté de communes Alpes d'Azur qui porte la compétence ; cette dernière doit rechercher des solutions pour réduire les tonnages qui ne cessent d'augmenter ».


Toujours sur le plan du tri sélectif, le conseil municipal a demandé aux services techniques de la station de Valberg de se pencher sur la sécurisation des containers semi-enterrés situés devant l'immeuble des Gémeaux.


Autre sujet abordé : la construction du parking de Péone. « Un dossier qui date de 2007 et que je n'arrive pas à faire aboutir, a expliqué Charles Ange Ginésy, en raison du classement de la zone en zone à risque au Plan de prévention des Risques de la préfecture. Pour sortir de cette zone rouge, nous devons construire une digue sur le Tuébi pour sécuriser notre ouvrage ; or nous ne pouvons obtenir des subventions pour cette digue que si nous sortons de la zone rouge du PPR », a souligné le maire. « C'est le serpent qui se mord la queue », a-t-il estimé. Le conseil a ainsi délibéré pour demander le déclassement de cette zone, la révision du PPR et obtenir des subventions pour construire ce parking devenu nécessaire au village et ses habitants.


Enfin les conseillers municipaux se sont penchés sur la construction d'une cabane pastorale au lieu-dit du Riou-Blanc, à la demande de Marie Canova, qui vient faire paître ses brebis tous les étés sur le secteur de la Colle. En effet, ses pâturages étant très étendus, la bergère souhaiterait une 2ème cabane afin de rendre son travail un peu plus confortable.

 

Retour