Président du Département des Alpes-Maritimes
Président de la Communauté de Communes Alpes d'Azur
Président de l'Association Nationale des Maires des Stations de Montagne
02/11/2014
Péone – Un conseil municipal placé sous le signe de l'avenir des communes

Péone – Un conseil municipal placé sous le signe de l'avenir des communes

Les conseillers municipaux de Péone se sont réunis autour de leur député-maire Charles Ange Ginésy pour un conseil d'où est largement ressortie la crainte pour l'avenir des communes.

Parmi les sujets à l’ordre du jour : l’adoption d’une délibération alertant solennellement les pouvoirs publics sur la baisse massive des dotations d’Etat. Cette délibération, proposée par l’association des maires de France a été adoptée à l’unanimité. Il faut dire que les maires du territoire national n’ont eu de cesse, ces dernières semaines, de manifester durement pour dénoncer les efforts demandés par l’Etat aux communes.

Avec des réformes territoriales très compliquées telles que celle des cantons qui ne sont plus représentatifs d’un territoire mais d’une population de 40 000 électeurs, celle des conseillers généraux qui seront remplacés dès 2015 par des conseillers départementaux, l’annonce de la fin des conseils généraux, véritable caisse de péréquation entre les communes riches et les communes rurales, plus pauvres, ou encore la modification des régions, le député-maire de Péone-Valberg s’est dit « très inquiet quant à l’avenir des territoires ruraux qui ne représenteront plus rien à l’avenir et sont menacés de mort ». Des réformes qui ne sont pas très claires, le Gouvernement envisageant peut-être de maintenir des conseillers généraux en zone rurale. « Dans ce cas, comment s’exercerait la solidarité territoriale entre communes pauvres ? » s’interroge Charles Ange Ginésy. Parallèlement à ces réformes, l’Etat annonce une baisse encore plus massive de ses dotations aux communes « on parle d’une baisse de 11 milliards d’Euros d’ici 2017, ce qui tronquerait les investissements des communes d’au moins 30% en deux ans, et cela continuera à baisser encore plus dans les années à venir ».


Trop c’est trop,  « alors que les hautes sphères de l’Etat ne touchent pas à leur train de vie ». Alors que les impôts augmentent sans cesse, le député-maire de Péone-Valberg a réaffirmé ne pas vouloir toucher à l’imposition locale, arguant « l’Etat est en train de tuer notre économie, qu’il ne compte pas sur moi pour en faire autant ».

 


Autres sujet abordé pendant ce conseil municipal, la hausse de 1% des tarifs des meublés touristiques de Valberg « nous ne voulons pas faire concurrence aux privés de la station, mais nous devons contenir nos prix et optimiser nos habitations, faire mieux avec moins, sinon notre clientèle ne viendra plus chez nous ».


Enfin, le conseil municipal a adopté la proposition couper une centaine de mélèzes dans le vallon du Ciai, ces mélèzes ayant été « couchés » par les déversements massifs de neige. L’objectif étant de prolonger le busage en fond de vallon avec des déblais qui sortiront d’un futur chantier sur Valberg et permettront d’élargir cette piste de ski qui relie la Tête du Sapet au parking des Eguilles, pour réaménager l’ensemble du secteur.

 

Retour