Président du Département des Alpes-Maritimes
Président de la Communauté de Communes Alpes d'Azur
Président de l'Association Nationale des Maires des Stations de Montagne
11/06/2014
Charles Ange Ginésy contre la réforme ferroviaire

Charles Ange Ginésy contre la réforme ferroviaire

Le projet de loi de réforme ferroviaire proposé par le gouvernement prévoit la création d'une entité qui aboutit à une mise sous tutelle de la SNCF sur le gestionnaire de réseau. Ce texte n'offre pas les conditions propices de l'ouverture à la concurrence du système ferroviaire.

La politique des transports ferroviaires doit avoir pour objectifs de rendre le réseau performant, de le développer et d'offrir un service public à la population. Pour ce faire, il faut définir une organisation claire et responsable dans le but de rendre les acteurs efficaces.

Ainsi, Charles Ange Ginesy s'interroge sur la répartition et les fonctions mêmes des organismes prévues dans cette réforme.

Ce texte n'offre pas les conditions propices de l’ouverture à la concurrence du système ferroviaire. Cette ouverture est nécessaire et sera bénéfique pour le transport ferroviaire français, mais surtout pour son équilibre financier.

Le gouvernement nous montre encore une fois qu'il est dans l'incapacité de proposer des solutions permettant d'effectuer les économies recherchées. En effet, ce projet de loi propose la création d'un nouvel établissement pour réformer le système ferroviaire. Il n'y a pas d'économie à attendre de la convergence d'un gestionnaire d'infrastructures et d'un opérateur aux activités différentes. La création des doublons et les coûts de fonctionnement vont provoquer une augmentation des dépenses.

 

Retour