Président du Département des Alpes-Maritimes
Président de la Communauté de Communes Alpes d'Azur
Président de l'Association Nationale des Maires des Stations de Montagne
Guillaumes – La transhumance, une fête du monde agropastoral qui fait vivre les montagnes

Guillaumes – La transhumance, une fête du monde agropastoral qui fait vivre les montagnes

La fête de la transhumance s'est déroulée à Guillaumes. Un rendez-vous organisé par le conservatoire des traditions culinaires, présidé par Jean-Pierre Audibert, en partenariat avec la mairie de Guillaumes et placé sous l'égide du maire de Péone-Valberg, Charles Ange Ginésy.

L’arrivée des bêtes, au son des fouets et des cris des bergers menant troupeaux et chiens a créé l’émerveillement des enfants et des adultes, toutes ces bêtes défilant, bêlant à tue-tête, rappelant « l’attachement et le soutien de la ruralité au monde agropastoral, cette transhumance en est un événement fort », souligne le maire de Guillaumes Jean-Paul David.


Le troupeau passé, une seule idée en tête : découvrir les guardians de la manade Vallat, venus spécialement pour l’occasion, faire des démonstrations de leur travail traditionnel de transhumance de taureaux et de leurs coutumes locales. Parallèlement à cette animation phare de la journée, le syndicat des bouchers du 06 préparait des grillades de mouton, les producteurs locaux étalaient leurs produits, fromages, miel, … un four à bois où était fabriquée de la socca embaumait les rues de Guillaumes tout comme les bonnes tartes de Julie, restauratrice-hôtelière sur Saint Martin d’Entraunes venue spécialement pour l’occasion à Guillaumes.


Une fête incontournable « qui n’aurait pu se faire sans l’engagement de nombreux bénévoles et le soutien financier du Département des Alpes-Maritimes» comme l’a expliqué le président du conservatoire des traditions culinaires ; Charles Ange Ginésy, représentant Eric Ciotti, soulignant quant à lui son « grand plaisir à participer à cette fête toujours réussie qui maintient les traditions agricoles et les racines de nos territoires et donne de l’espoir pour la montagne ».

 

Retour