Président du Département des Alpes-Maritimes
Président de la Communauté de Communes Alpes d'Azur
Président de l'Association Nationale des Maires des Stations de Montagne
29/08/2017
Beuil – Élus et militaires au chevet des blessés de guerre

Beuil – Élus et militaires au chevet des blessés de guerre

Dans le cadre de la Cabat, la cellule d'aide aux blessés de l'Armée de Terre, une dizaine de blessés psychiques a reçu la visite et le soutien du général Le Ray, gouverneur militaire de Paris, du 1er vice-président du Département Charles Ange Ginésy et du maire de Beuil Stéphane Simonini. Élus et militaires ayant répondu à l'invitation du chef de centre de Beuil, l'adjudant-chef François Valérioti.

Ces stages sont un moment de cohésion et de réinsertion pour les soldats qui se battent pour la France, sur le territoire national ou à l’étranger. « Il est important d’apporter notre soutien aux militaires qui effectuent ces missions, explique Charles Ange Ginésy, les élus doivent se mobiliser auprès des militaires qui paient un bien lourd tribut pour assurer notre sécurité ». Le représentant du Département découvrant tout l’accompagnement, long et difficile pour les blessés, mis en place non seulement par la Cabat, mais aussi par l’association Terre Fraternité. « Tous ceux qui ont subi un traumatisme ont besoin de réinsertion, grâce à cette association, les blessés sont traités au cas par cas, et ici, à Beuil, dans ce centre qui, grâce à l’action de François Valérioti, a capacité à accueillir ces stages, les blessés peuvent participer à des activités de cohésion valorisantes ».


Pour le maire de Beuil Stéphane Simonini il est « important de voir le fonctionnement de la Cabat dans la prise en charge des blessés, important que ces stages s’effectuent ici à Beuil d’un point de vue historique et économique et c’est avec humilité qu’avec Charles Ange Ginésy, mon ami, nous sommes allés à la rencontre des jeunes soldats blessés dans le cadre de leur mission ».


Quant au gouverneur militaire de Paris, le général Le Ray, très attaché au suivi de ses hommes, il suit de très près tous ces stages, essayant de passer quelques jours à chaque fois avec les blessés.

 

Retour